forum.universite-du-succes
Mai 11, 2021, 07:30:36 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: la communication  (Lu 17079 fois)
Qasimodo
Jr. Member
**
Sexe: Homme
Messages: 83



Voir le profil Courriel
« le: Juin 02, 2012, 09:14:38 »

Bonjour tout le monde , j'aimerais bien qu'on aborde un sujet qui me parait intéressant "  la communication aujourd'hui " est ce que les gens communiquent  correctement ou bien il y a toujours des malentendus ou bien  des interprétation des messages émis
est ce que de nous jours on arrive à trouver des solutions à nos problèmes via la communication interpersonnels , comment être un communicateur performant ?
tant de questions , est ce qui la communication est un but ou bien un moyen de transmettre un message comme il faut ?
bien à vous
bonne journée
« Dernière édition: Juin 02, 2012, 11:50:47 par Elise » Journalisée
Elise
Invité
« Répondre #1 le: Juin 02, 2012, 11:50:14 »

Merci beaucoup Samir de proposer ce sujet de discussion. Ca me fait un grand plaisir de voir que tu crée maintenant tes propres fils de discussion!
Cool!  Cool
Elise
Journalisée
Elise
Invité
« Répondre #2 le: Juin 02, 2012, 12:09:51 »

J'aimerais m'intéresser à l'une des questions que tu as posées: comment être un communicateur performant? Et j'aimerais pour cela convoquer mes connaissances en communication non-violente.

Dans son livre Introduction à la communication non-violente, Marschall Rosenberg explique comment communiquer de manière non-violente.

Il définit déjà le coeur de la communication non-violente, qui est la bienveillance. Sans la bienveillance, nous ne pouvons pas bien communiquer.

Ensuite il définit la communication comme ayant deux versants: l'écoute et l'expression.

Quand on s'exprime, le processus de la communication non-violente se déroule en quatre étapes.

D'abord, il s'agit de décrire les faits auxquels on réagit, sans jugement ni interprétation, mais de manière neutre et objective.

Ensuite il s'agit de dire ce que ces faits provoquent en nous, il s'agit de dire ce que l'on ressent, en disant "je" et en nommant ses émotions sans en attribuer la responsabilité à autrui mais en les reconnaissant comme siennes.

Dans un troisième temps, il s'agit de nommer nos besoins. Derrière chaque émotion agréable que nous ressentons, se cache un besoin satisfait, comblé, qu'il nous faut nommer. Derrière chaque émotion désagréable se cache un besoin non satisfait qu'il s'agit de reconnaitre et de nommer. Marschall Rosenberg fournit dans son livre une liste des besoins. L'auteur précise qu'il s'agit de ne pas confondre ses besoins avec des exigences vis-à-vis d'une personne. On dira "j'ai besoin d'affection", plutôt que "j'ai besoin que tu..." fasses ceci ou cela.

Enfin, une fois notre besoin définit clairement, nous pouvons agir par nous même pour satisfaire notre besoin de la meilleure manière qui soit, ou bien nous pouvons faire une demande à l'autre, une demande qui soit réaliste, réalisable ici et maintenant, et négociable. "Est-ce que tu veux bien me prendre dans tes bras?"

Quand on écoute, on sera de même attentif aux faits qui font réagir l'autre, à ses émotions, à ses besoins, et à ce qu'il peut faire ou demander pour satisfaire ses besoins.
L'écoute sera donc attentive et active, on pourra poser des question pour éclaircir ces 4 points, reformuler les propos de l'autre pour être sur que l'on comprend bien, et faire avancer la discussion à travers ces quatre points afin d'aider l'autre à trouver lui-même ses réponses.

C'est une communication bienveillante et empathique qui peut s'appliquer à de nombreuses situations et permet aussi de régler les conflits interpersonnels, mais aussi intérieurs et purement personnels. Les questions à se poser sont alors: quels sont les faits qui me font réagir? Comment je me sens en pensant à ces faits? De quoi ai-je besoin? Que puis-je faire ou demander pour satisfaire mon besoin?

Vous pouvez lire sur ce sujet: Introduction à la communication non-violente de Marschall Rosenberg ou Cessez d'être gentil, soyez vrai! de Thomas D'Ansembourg dans lesquels vous trouverez des listes complètes de sentiments et de besoins et tous les détails utiles à connaitre.

Bien à vous,
Elise Clin d'oeil
Journalisée
Qasimodo
Jr. Member
**
Sexe: Homme
Messages: 83



Voir le profil Courriel
« Répondre #3 le: Juin 02, 2012, 07:20:09 »

merci Elise cette réponse intéressante je vais suivre tes consignes pour arriver a  être un communicateur performant  , je vois que l'écoute active a une importance majeur dans la processus de communication , l'écoute active avant tout c'est accepter l'autre l'intéresser être a son écoute même si il est différent que nous et aussi a un point de vu différent que les miens , je vais aussi essayer de lire ces deux livres que tu m'a proposé
bien a toi merci beaucoup
Journalisée
Elise
Invité
« Répondre #4 le: Juin 03, 2012, 05:06:26 »

Avec plaisir Samir
Journalisée
Elise
Invité
« Répondre #5 le: Juin 06, 2012, 11:49:25 »

Je vais m'intéresser aujourd'hui à ta première question:
Est-ce que nous communiquons correctement? Ou bien y a-t-il toujours des malentendus, des interprétations?

Ta question suggères que communiquer correctement signifie qu'il n'y a ni malentendus ni interprétation.
La communication comporte toujours ce risque de malentendus, d'interprétations erronée des messages que l'on veut transmettre. Comment faire pour être un "communicateur performant" dans ce cas là?
D'abord, quand on écoute quelqu'un, il s'agit de savoir à quels faits objectifs il se réfère. La personne qui s'exprime peut évidemment parler de faits objectifs, mais parfois, elle n'exprime que ses propres interprétations. Il s'agit donc de distinguer faits objectifs et interprétations dans le discours de la personne que l'on écoute. Car si l'on prend pour des faits objectifs une interprétation, on se trompe sur la réalité des choses, on croit une interprétation, et on court le risque de l'erreur, si la personne que l'on écoute est elle-même dans l'erreur. Ainsi on pourra lui demander "De quels évènement parles-tu exactement? Ou bien: Que s'est-il passé exactement pour que tu penses ce que tu dit? Ou bien encore: "Qu'est-ce que tu as observé concrètement pour penser cela?" ... ou bien d'autres phrases ayant la même signification qui vous conviendra mieux. On peut ainsi connaitre à la fois les faits exacts qui se sont déroulés et l'interprétation que la personne en a faite.

Quand on s'exprime, il faut également être objectif si on veut être un communicateur performant. Faire d'abord le récit objectif des évènements, et dire ensuite explicitement qu'à partir de là nous avons eu telle ou telle pensée. Par exemple, nous pouvons dire: "Quand Yann a poussé Zoé, je me suis dit que ce geste était violent"; à contrario nous éviterons les généralisations abusives comme "Yann est vraiment trop violent". Je pourrai revenir sur la question des généralisations abusives si vous me demandez.
En faisan la distinction entre ce que l'on a observé et ce que nous avons pensé de l'évènement, nous permettons à la personne qui nous écoute de savoir exactement ce qui s'est passé, et de connaitre ce que nous en pensons sans mélanger réalité et interprétation. Nous la laissons également libre d'avoir sa propre interprétation des faits.

Un autre point important que soulignait Samir est l'écoute active. Quand nous ne comprenons pas exactement ce que l'autre nous dit, il s'agit de reformuler ses propos avec nos propres mots et de lui demander si c'est bien cela qu'il veut dire. Cela s'appelle le feed-back. Il s'agit de dire à l'autre ce que l'on comprend de ses paroles et de lui demander si notre interprétation est juste. Cela peut sembler artificiel au début, mais prendre l'habitude de le faire peut nous apprendre à éviter des malentendus, des disputes, des conflits. L'autre se sentira compris et cela lui fera du bien, ou alors, si nous nous trompons il nous expliquera mieux sa pensée jusqu'à ce que nous saisissions mieux et qu'il se sente finalement compris. Cela vaut mieux que les disputes non?

Bien à vous
Elise
Journalisée
Qasimodo
Jr. Member
**
Sexe: Homme
Messages: 83



Voir le profil Courriel
« Répondre #6 le: Juin 06, 2012, 04:32:37 »

bonjour Elise

oui je suis tout à fait d'accord derrière tout communications est un objectif derrière
transmettre un message est objectif , échanger c'est un objectif , apprendre ça c'est un objectif , aimer ça c'est un objectif etc ...
pour arriver à realiser ces objectifs là on doit être conscient des techniques de communication voir les choses basiques de communication avoir une bonne écoute active , savoir la cadre de référence de l'autre , être empathie , être claire et net  , adopter un langage courant est non un langage spécifique , accepter l'autre , ne pas le juger , car si je ne suis pas d'accord avec toi ca ne veut pas dire que tu es mauvais , je ne dois pas dire que tu es mauvais , je n'ai pas le droit car dans la communication on doit favoriser les débats d'idées et non les jugement sur les personnes si on veut que la communication avance et donner des résultats  ....


bien amicalement

Samir
Journalisée
Elise
Invité
« Répondre #7 le: Juin 07, 2012, 12:45:17 »

Coucou Samir,

En fait je crois que nous employons le mot "objectif" dans deux sens différents. Moi quand j'écris que nous devons relater les faits objectifs, cela veut dire les faits réels, tels qu'ils sont arrivés. Nous devons raconter les faits objectivement. Le mot objectif s'oppose à subjectif, c'est à dire quelque chose qui dépend du sujet qui énonce les paroles, de la personne qui parle.
Je vais te donner un exemple:
"Ce matin, à 10h30, Yann a poussé Zoé dans l'escalier" est un fait objectif.
Tandis que si je dis "Yann est vraiment trop violent", cela n'est pas un fait objectif, c'est ma propre idée, c'est ce que moi, sujet, je pense de Yann.
Or ce que je pense de Yann est un jugement, une interprétation qui n'est peut-être pas la réalité. Par exemple, je l'ignore peut-être, mais il se peut que Yann ait trébuché et soit tombé sur Zoé par accident, en voulant se retenir sur elle il l'aura fait tomber sans le vouloir. Ce n'est pas de la violence il me semble, juste un réflexe automatique.
Tu me comprends?

Toi, je pense que tu utilises le mot "objectif" comme un "but", une "finalité". Ce n'est pas dans ce sens que j'utilise le mot.

Peut-être ai-je permis d'éviter un malentendu, tu me le dira, ok?

Merci
Bise
Journalisée
Adnane
Newbie
*
Sexe: Homme
Messages: 20


Bonjour, toujours heureux de vous lire !


Voir le profil Courriel
« Répondre #8 le: Juin 09, 2012, 12:57:49 »

Bonjour, je vois que vous avez progressé dans le débat, ça fait plaisir de vous lire, à mon avis, la communication c'est le fait de transmettre des informations, d'exprimer ses opinions, ses désires ou ses sentiments, c'est le fait de vouloir convaincre aussi, moyennant des mots, des gestes qui sont perçus par nos sens qui d'ailleurs peuvent nous trahir ce qui met des limites à la communication efficace.
Une conversation peut aboutir à un état de calme et d'entente entre deux personnes dont les idées et convictions sont proches, comme aussi peut aboutir à une conversation stérile si les personnes qui communiquent ont des différences au niveau des convictions envers les croyances, religion, sexe et politique aussi, il y aura en effet un échange d'arguments mais un manque d'un état d'entente.
Bien à vous !
Journalisée

Heureux d'avoir partagé ces quelques lignes !
Elise
Invité
« Répondre #9 le: Juin 09, 2012, 06:15:28 »

Merci Adnane pour ta participation.
Quel plaisir de te lire!

 Souriant
Journalisée
Elise
Invité
« Répondre #10 le: Juin 09, 2012, 06:41:15 »

Je pense pour ma part qu'une bonne communication repose sur l'ouverture à l'autre et l'accueil de la différence. Je crois qu'il faut être ouvert aux idées différentes des siennes pour s'enrichir de nouvelles manières de voir les choses. On peut apprendre à changer de point de vue, à voir les choses différemment. Heureusement que nous n'avons pas tous la même vision des choses, sinon nos conversations seraient bien monotones. La différence d'opinion est donc une richesse et non une entrave à condition que ceux qui communiquent restent ouverts à l'autre.
 Clin d'oeil
Journalisée
Qasimodo
Jr. Member
**
Sexe: Homme
Messages: 83



Voir le profil Courriel
« Répondre #11 le: Juin 09, 2012, 07:56:13 »

Bonsoir tout le monde
je suis d'accord avec toi Elise sur le point de différence des point de vu , si on a pas une différence on n'aura pas des multiples idées qui nous permettrons  e trancher et trouver des points manquants
une seule vision d'un sujet est une erreur fatale qui nous cache d'autre pistes de réflexion et de choix 
Journalisée
Elise
Invité
« Répondre #12 le: Juin 09, 2012, 11:37:08 »

Oui, voilà ce que je voulais dire Samir
Mais je comprends aussi Adnane, car j'ai beau être ouverte d'esprit, si la personne avec qui je parle est fermée et n'accepte pas le dialogue, si elle campe sur ses positions, la discussion n'avance pas. Il faut que les deux personnes soient ouvertes pour que la discussion apporte de bons fruits aux deux personnes. Je pense que l'idée d'Adnane nous apprend cela et j'en ai déjà fait l'expérience.
Bises
Journalisée
Elise
Invité
« Répondre #13 le: Juin 09, 2012, 11:47:56 »

En fait je crois qu'il faut savoir faire la distinction entre le désaccord et le conflit. Si deux personnes ne sont pas d'accord entre elles, mais qu'elles se respectent et essayent de comprendre l'autre, la discussion peut être très intéressante et aimable, mais si les deux personnes tentent de convaincre l'autre à tout prix, et qu'elles ne sont pas ouvertes aux différences de point de vue, la discussion peut vite dégénérer et s'envenimer jusqu'au conflit.
C'est le respect mutuel au delà des différences qui est important.
Et je crois qu'il faut savoir faire la différence entre ne pas être d'accord avec une idée et rejeter une personne. On peut accepter l'autre tout en n'étant pas d'accord avec l'une de ses idées.
Vous voyez ce que je veux dire?

Bises à tous
Journalisée
Qasimodo
Jr. Member
**
Sexe: Homme
Messages: 83



Voir le profil Courriel
« Répondre #14 le: Juin 10, 2012, 10:15:35 »

bonsoir tout le monde ,

oui Elise je suis d'accord avec toi et même si nos convictions sans différente on doit garder notre respect mutuel , le critère déterminant dans le processus de communication c'est accepter l'autre
c'est à dire accepter des idées sa religion son statut sa personne , même si je ne suis pas d'accord avec lui je dois le respect car la communication est une affaire d'idées d’échange .

la communication nous permet de trouver un compromis pour coexister si non pour va déclencher des guerres avec les quelles l’humanité de serait disparu
Journalisée
Elise
Invité
« Répondre #15 le: Juin 11, 2012, 10:19:55 »

Salut les amis, Salut Samir,

Si nous revenions à ta dernière question Samir? La communication est-elle un but ou un moyen de transmettre un message correctement?

Est-ce que tu peux développer les deux idées un peu plus à fond pour qu'on essaye de se faire une idée?
Merci
 Clin d'oeil

Elise
Journalisée
Elise
Invité
« Répondre #16 le: Juin 14, 2012, 06:59:40 »

Bonsoir à tous, une nouvelle question pour vous ce soir: La communication permet-elle de venir à bout de tous les conflits?

Bonne réflexion
Elise Clin d'oeil
Journalisée
Qasimodo
Jr. Member
**
Sexe: Homme
Messages: 83



Voir le profil Courriel
« Répondre #17 le: Juin 16, 2012, 08:46:52 »

Bonsoir Elise ,

concernant ma question , est ce que la communication est un moyen ou bien un but ; ça veut dire , est ce que on la communication est un moyen de transmettre un message une image un discours des émotions , ou bien la communication c'est un but en elle même , ça veut dire arriver à communiquer est un but arriver à échanger c'est déjà un pas géant    .

bien à toi

Samir
Journalisée
Elise
Invité
« Répondre #18 le: Juin 18, 2012, 07:05:45 »

Salut Samir,
Je crois que la communication est à la fois un moyen et un but en soi.
Nous avons parfois besoin de communiquer pour remplir un objectif.
Mais nous avons aussi besoin de communiquer pour communiquer, pour être en relation avec l'autre et ne pas être dans le silence.
Je crois que les deux définitions de la communication sont valables et complémentaires.
Bien à toi
Elise
 Sourire
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2009, Simple Machines
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !